Eurk, travailler en agence
4 octobre 2018
Par
Catarina Wieler-Morin
Pas l'temps de lire l'article? Écoute-le!
Propulsé par

Le domaine des communications, ça peut être très intimidant. C’est tellement vaste comme domaine qu’on peut avoir de la difficulté à y trouver sa place, ce qui fait qu’on se garroche partout en même temps. La question la plus épeurante qu’on peut poser à quelqu’un qui étudie en communication (en fait, à n’importe qui à l’université) c’est: “Tu veux faire quoi après ton bac?” Contrairement à ce que les gens pensent, on peut faire beaucoup plus que devenir VJ à Musiqueplus avec un bac en communication!

Moi, en tout cas, je savais que je ne voulais pas travailler en agence. Hors de question. J’avais une vision très péjorative des agences. Comme si les gens d’agence se trouvaient un peu trop cool, un peu trop on top of the world comme ils disent. Moi, je ne ferais pas partie de ça.

Et puis un jour, mon amie Émilie m’a dit que je devrais appliquer chez Eckinox. En visitant le site Web, j’ai rapidement vu qu’Eckinox, c’était différent des autres agences. Les gens avaient l’air authentiques. L’équipe avait l’air d’une famille et je voulais absolument en faire partie (non mais, avez-vous vu notre page équipe?).

Je me suis surprise moi-même en envoyant mon CV. Je me disais, est-ce que je suis vraiment en train d’appliquer pour travailler dans une agence? Mais dès mon entrevue, je me sentais comme chez moi. Quand on m’a fait mon tour guidé des bureaux la première journée, il n’y avait pas de coin café avec des bean bags. Il n’y avait pas non plus de table de babyfoot ou de tableau avec des citations de motivation quétaine.

À la place, j’y ai trouvé un esprit d’ouverture remarquable. Un boss terre à terre et motivant, un responsable des ressources humaines rassembleur et des collègues de rêve. T’sais le genre de collègues qui te disent “Vas-y ma grande, essaie-les tes idées”. Pour moi, ça, c’est une mentalité gagnante pour tout le monde. En tant qu’employé, on se sent stimulé de pouvoir contribuer aux projets. Et pour les clients, c’est la chance de bénéficier d’idées nouvelles et créatives!

Chez Eckinox, j’ai rapidement découvert une vision d’agence que je n’avais jamais vue avant. Ici, les clients font partie de notre équipe. On est transparents avec eux et on parle dans un langage qu’ils comprennent. Et le plus important, c’est qu’on n’a pas peur de s’adapter. On évolue constamment pour devenir meilleurs et donner notre 100% dans tous les projets.

J’avais une vision très négative des agences. D’un œil extérieur, elles me semblaient faire partie d’un milieu où le “paraître” était plus important que tout le reste. Un milieu où tout le monde se la joue cool. Chez Eckinox, personne ne se la joue. Tout le monde est vrai. Il y a un an, si vous m’aviez dit que vous hésitiez à faire affaire avec une agence, j’aurais compris. Maintenant, je sais que de confier un projet à une agence comme Eckinox, ça veut dire que des professionnels diplômés dans divers domaines travailleront en équipe sur votre projet. Et je parle d’une vraie équipe! Avec des discussions, des brainstorms, de bonnes idées (des fois un peu folles). Vous aurez l’assurance de payer pour plus qu’un simple service. Vous paierez pour de la stratégie, de la créativité et pour l’atteinte de vos objectifs d’affaire. En plus, vous encouragerez une entreprise régionale qui fait travailler des jeunes (et moins jeunes), des gens fiers de travailler dans leur région.

En gros, vous ferez bien plus que confier un projet à une agence. Vous intégrerez une famille qui fera tout pour atteindre vos objectifs et souvent, encore bien plus. Bref, je vous garantie que vous serez charmé par l’équipe et sa façon de travailler, comme je l’ai été.

Pas l'temps de lire l'article? Écoute-le!
Propulsé par
Par
Catarina Wieler-Morin

Voici un autre article qui pourrait vous intéresser...

Le jour où j’ai tout lâché pour revenir au Saguenay

Catarina Wieler-Morin
19 février 2018
Je ne pensais jamais faire un retour en région, mais à date, ça semble être l’une des meilleures décisions que j’ai prise. Les communications, c’est vaste et on peut avoir de la difficulté à faire sa place.
Lire la suite
Retour vers les articles de blogue