Quelques astuces faciles pour améliorer vos skills en photo, partie 2 : la lumière
17 avril 2018
Par
Émilie Gaudreault
Pas l'temps de lire l'article? Écoute-le!
Propulsé par

Dans cette deuxième partie, je vous parle de la lumière. Parce que sans lumière, y’en n’a pas de photo. Les capteurs des appareils y sont sensibles, c’est pour ça que les photos de chiens saucisses que tu prends dehors sont toujours plus belles que celles que tu prends à l’intérieur le soir.

Tous les appareils fonctionnent avec 3 réglages importants :

  • L’ouverture du diaphragme (qui laisse entrer la lumière vers le capteur)
  • La vitesse d’obturation (la vitesse à laquelle la lumière entre dans le capteur)
  • La sensibilité (ISO)

La lumière

L’ouverture du diaphragme, c’est ce qui fait que certains éléments sont clairs (au focus) et que certains ne le sont pas (hors focus). L’effet hors focus s’appelle bokeh, un terme japonais se traduisant par “flou” en français. Il est plus difficile d’avoir un bokeh satisfaisant avec un téléphone ou un appareil photo de style compact. Je t’avertis tout de suite, si tu veux des photos de ton animal de compagnie style “National Geographic”, j’espère que ton petit cochon est plein à rebord parce que tu vas avoir besoin d’un kit pro. Sinon, tu peux avoir un compromis en utilisant le mode macro de ton appareil s’il en a un. (Tu nous enverras des photos de ton ami on aime ça ici, les amis animaux).

Sinon, j’imagine que ça t’es déjà arrivé d’être super confiant en ta photo pis d’être amèrement déçu en découvrant un résultat qui ressemble à ça:

Le problème? Ta vitesse d’obturation quand t’as pesé su’l piton était trop basse. Ça veut dire que t’as laissé plus de temps que nécessaire à la lumière pour s’imprimer sur le capteur et tous les mouvements s’y sont inscrit. “Komen ge fé pou po sa soua flou?” C’est simple : en mode automatique, lorsque la vitesse est trop basse, c’est qu’elle essaie de palier pour une entrée de lumière déficiente. En augmentant la lumière ambiante, on évite un résultat flou parce que l’appareil a besoin de moins de temps pour imprimer une image équivalente. Sinon tu peux augmenter la valeur de ton ISO, pis ça je t’explique ça drette en dessous.

Chaque appareil est muni d’une sensibilité minimale et maximale à la lumière. Si, par exemple, le soleil est très fort et tes photos ont toutes l’air de ton cousin qui n’a pas vu le soleil depuis 10 ans, une des possibilités est que l’ISO est trop élevé pour l’entrée de lumière. Dans le cas contraire, si ton ami a gagné 10 teintes de bronzage en moins glamour, l’ISO devrait être plus élevé. C’est pourquoi ça t’aide aussi avec ta vitesse d’obturation. Mais l’ISO, c’est comme le maquillage : quand t’abuse, c’est jamais très cute. Bref, ce qui arrive c’est que tu vas avoir du bruit numérique, surtout dans les zones foncées. Ça ressemble à des petits pixels bleus répartis un peu partout, pis ça, on veut surtout pas ça.

‍Ton cousin qui a pas vu la lumière depuis 10 ans.
‍Ton ami qui a un bronzage cheap (y’en a même dans les yeux, ark.)

Et si mon résumé n’a pas étanché ta soif de connaissances, tu peux consulter des sites tels que:

fstoppers.com

froknowsphoto.com

dpreview.com

Ou ben va jaser à du monde passionné de photo, d’habitude sont fins pis ils attendent juste ça de te bombarder de leur savoir. Asteure va prendre une photo de ton chien saucisse, j’attends juste ça que tu nous en envoie une par courriel à chiensaucisse@eckinox.ca!

Pas l'temps de lire l'article? Écoute-le!
Propulsé par
Par
Émilie Gaudreault

Voici un autre article qui pourrait vous intéresser...

Quelques astuces faciles pour améliorer vos skills en photo, partie 1 : le cadrage

Émilie Gaudreault
6 février 2018
Sur les réseaux sociaux, tout le monde est photographe. Malheureusement, tout le monde n'est pas un(e) bon(ne) photographe. C'est pourquoi Émilie a décidée de vous aider avec son propre guide, "Quelques astuces faciles pour améliorer vos skillz en photo", en commençant par la grosse base : le cadrage.
Lire la suite
Retour vers les articles de blogue