Le travail à distance : oui, mais dans des conditions gagnantes!
30 octobre 2017
Par
Fanny Lachance
Pas l'temps de lire l'article? Écoute-le!
Propulsé par

L’horaire flexible et la conciliation travail / famille sont des termes que les entreprises utilisent pour appâter les candidats à l’embauche. La plupart des PME de notre domaine offrent des politiques d’horaire flexible pour donner une certaine autonomie à leur employés afin que ceux-ci se sentent libres et donnent ainsi un meilleur rendement, adapté à leur style de vie. On est loin de la machine à puncher! Pour ma part, j’utilise surtout cet avantage pour m’accommoder lors de rendez-vous personnels, jamais parce qu’un matin j’ai envie de faire la grasse matinée. Cet automne, une situation dans ma vie personnelle m’a donné l’opportunité de tester les limites de la politique travail / famille, c’est à dire que je devais trouver une solution pour qu’Eckinox accepte que je travaille à distance de Kitimat.  

Vous me direz peut-être que partir ainsi c’est un peu tirer l’élastique de la tolérance de Jean-Francois, mais contre tout attente, c’est ça la conciliation chez Eckinox. Donc me voilà, absente physiquement du bureau, mais présente de cœur et via le vidéo chat, pendant tout le mois d’octobre. Je travaille donc 35h, avec 3 heures de décalage horaire, à même une table de cuisine d’un appartement des années 80 et d’un Tim Hortons (vous savez, cette micro-brûlerie indépendante qui fait un café pas piqué des vers). Ce qu’il faut savoir, c’est que je suis dans un petit village de 8000 habitants, très pittoresque, mais peu greyé en commerces.

Cette nouvelle réalité exige une grande discipline et de la proactivité. Pour le bien des clients de qui j'ai la charge, je dois rester disponible, et donner l’illusion que je ne suis pas en linge mou toute la journée 🙊. Pour ce faire, il faut se donner le maximum de chances de réussite en pensant aux trois aspects suivants : le poste de travail, la compatibilité et la motivation. Je vous propose ma petite analyse là-dessus.

1- Le poste de travail

Pour être capable de livrer la même performance au travail qu’au bureau, je me dois d’être assise à un poste de travail ergonomique et de reproduire au mieux, en fonction des circonstances, la même configuration qu’au bureau. En tant que designer graphique, j’ai besoin de deux écrans vastes. C’est nécessaire pour avoir une vue d’ensemble du projet et de travailler librement sans toujours avoir à recadrer la fenêtre. Travailler sur un ordinateur portable 13 pouces assise sur un divan avec les pieds sur la table du salon, ça peut faire 30 minutes pour régler une urgence le soir, mais si tu veux te donner toutes les chances de livrer un projet de qualité, évite le divan. Autre point, il faut faire une séparation entre le lieu de travail et le milieu du quotidien. Vider le lave-vaisselle entre deux courriels ne doit pas être une option. Le travail c’est le travail, la vaisselle c’est à partir de 16 h. Ce genre de petits décrochages peuvent faire perdre énormément de temps et d’attention: il faut impérativement les éviter.

2- Des fichiers de travail compatibles et le WiFi

Toutes les entreprises fonctionnent différemment au niveau de l’archivage et de l’organisation des fichiers. Il est vraiiiiiiment important de s’assurer qu’à distance, ces fichiers sont disponibles et facilement téléchargeables sur le poste de travail distant. Les autres membres de l’équipe doivent avoir accès à tes fichiers sans avoir à te les demander: ça évite que tes collègues fuient comme la peste la collaboration avec toi.

Expériences de vie: automne 2017, j’ai fait l’erreur de prendre pour acquis le WI-FI dans la vie. Mais oui, il existe encore des endroits où Internet n’est pas disponible ou intermittent. Conclusion, il faut être réactif aux pertes soudaines de WIFI et être capable de se mobiliser pour aller chercher une source d’Internet fiable (c’est là que Tim Hortons entre en jeu).

3- La motivation

C’est cliché à dire, mais chaque matin (ou presque), j’ai envie d’aller travailler chez Eckinox. J’aime les projets sur lesquels je travaille, et j’aime par dessus tout l’ambiance de travail qui est propice à la création et à l’échange. Travailler à distance peut être pour certains un refuge paisible et s’avérer productif pour certaines tâches. Dans mon cas, le silence et la tranquillité absolue produit l’effet inverse. L’atmosphère quelque peu agitée du bureau s’avère très stimulante pour moi. Les pistes de solutions: musique et téléphone.  Appeler directement les membres de l’équipe auxquels j’ai besoin de parler au lieu de leur écrire par messagerie instantanée permet de conserver la proximité et d’éliminer les confusions liées à l’écrit.

Donc voilà, j’espère vous avoir donner de bons outils pour gérer le travail à distance via votre entreprise. Je sais maintenant qu’Eckinox tient parole quand il parle de conciliation, ce n’est pas juste un terme à la mode qui est lancé en l’air pour attirer ma génération. J’ai passé un mois d’octobre passionnant, j’ai découvert une partie de mon grand Canada en continuant mon travail chez Eckinox. Le meilleur de ce que le monde du travail a à offrir.

Une petite poff d'air au break de 10h15
Pas l'temps de lire l'article? Écoute-le!
Propulsé par
Par
Fanny Lachance

Voici un autre article qui pourrait vous intéresser...

Être meilleurs en étant authentiques.

Par David Paradis
15 septembre 2017
Dans les dernières années, nous avons travaillé sur notre vision d’entreprise. Il s’agit d’une démarche de longue haleine au cours de laquelle nous avons beaucoup discuté et élaboré sur nos raisons d’être, nos façons de faire et nos aspirations en tant qu’entreprise. Nous avons sorti les points qui font de nous une entreprise unique, performante, avec qui on gagne à travailler. […]
Lire la suite
Retour vers les articles de blogue